Togo: Arrestation d’une cinquantaine de personnes dont trois responsables de l’opposition

La situation est toujours tendue au Togo. Après les manifestations organisées en milieu de semaine violemment réprimées, la journée du 16 juin a été très mouvementée au sein de l’opposition avec le quadrillage des quartiers où résident les leaders du «Front républicain pour l’alternance et le changement» qui s’apprêtaient à manifester, et avec l’arrestation d’une cinquantaine de personnes dont trois responsables du collectif «Sauvons le Togo».

Les trois hommes Zeus Adjavon, Raphael Akpandé Adzaré et Gilles Benoît Afangbedji ont été convoqués par la gendarmerie pour être entendus. Ils y sont toujours retenus. Les trois responsables affirment qu’ils se sont rendus à la gendarmerie de leur plein gré, après avoir été invités par téléphone.

Une fois sur place, ils sont informés qu’ils doivent être entendus. Les trois hommes, Zeus Adjavon, Raphaël Akpandé Adzaré et Gilles Benoît Afangbedji, sont successivement auditionnés puis sont priés d’attendre que la hiérarchie donne ses instructions.

Un peu plus tard dans la soirée, un communiqué du premier substitut du procureur, indique qu’en plus des trois responsables, 53 autres personnes ont été interpellées, suite aux manifestations qui ont eu lieu en milieu de semaine.

Le communiqué conclut que la procédure suit son cours. Du côté du gouvernement, le secrétaire général de la présidence, ministre du Commerce, Arthème Awumey-Zounou, a justifié ces interpellations. Pour lui, la justice a intérêt à écouter les personnes qui peuvent faire la lumière sur des gens pris en flagrant délit, en train de casser et de racketter.

Arthème Awumey-Zounou – Secrétaire général du gouvernement et ministre du Commerce du Togo

Il y a eu des actes de vandalisme, des dérapages, des casses. La justice doit suivre son cours pour faire la lumière… Pour le gouvernement, le dialogue reste un acte important de gestion de l’Etat.

Enfin, la Convention démocratique des peuples africains, a condamné samedi 16 juin, cette méthode d’arrestation, et demandé que les responsables gardés à la gendarmerie, soient libérés sans délai.

De son côté, Agbeyomé Kodjo, ancien Premier ministre et ancien président du Parlement, est devenu opposant. En tant que responsable de l’opposition, il se dit prêt à discuter avec les autorités même s’il ne voit pour l’instant aucune volonté de dialogue.

Agbeyomé Kodjo – Ancien Premier ministre et ancien président du Parlement, devenu responsable de l’opposition

Nous recherchons le dialogue, nous luttons pour la grandeur du pays, contre l’arbitraire.

Source : [17/06/2012] Radio France Internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>